Etude sur le volontariat et la coopération internationale sur l’île de La Réunion

France | Engagement

-

Le conseil régional et le conseil départemental de La Réunion appuient l’envoi de volontaires de solidarité internationale en partenariat avec la représentation régionale de France Volontaires pour l’Afrique Australe et l’Océan Indien, basée sur l’île de La Réunion. Mais qu’en est-il exactement ? Explications.

L’expérience réunionnaise est caractéristique, non parce que les programmes de volontariat à l’international y sont différents de ceux existants dans d’autres zones, mais parce que l’insularité et le fort taux de chômage chez les jeunes de moins de 30 ans en font un cas hyperbolique.

A partir des programmes de volontariat mis en œuvre par ces collectivités, France Volontaires a souhaité mener une étude pour comprendre dans quelle mesure les dispositifs de volontariat solidaire à l’international répondent aux objectifs poursuivis en terme d’accès à l’emploi pour les jeunes et de coopération internationale. L’enquête réalisée propose d’étudier conjointement les répercussions de tels dispositifs sur les acteurs et sur les territoires. Chercher à mesurer les impacts sur les parcours des jeunes adultes tend à estimer la contribution du volontariat à leur autonomie. Parallèlement, il s’agit d’évaluer l’apport des volontaires aux politiques de coopération de La Réunion.

Parmi les résultats, il ressort de l’étude que du point de vue de l’autonomie des jeunes, les volontaires se considèrent plus autonomes après leur mission car ils se définissent eux-mêmes comme plus « adultes ».

Dans une société complexe aux identités multiples comme c’est le cas à La Réunion, le volontariat international participe à leur construction identitaire au travers des processus de singularisation (se définir soi-même comme spécifique) et de politisation (se définir dans la société). En matière d’insertion professionnelle, une majorité des interviewés considèrent que l’expérience de volontariat leur a permis d’accéder à leur emploi actuel : soit parce que la mission fut reconnue comme une véritable expérience qualifiante, soit parce qu’elle a permis de confirmer un projet professionnel ou une reconversion.

Illust:451.8 ko, 592x405
France Volontaires