Accès rapide :

Thomas Piketty au Caire à l’occasion de la parution de l’édition arabe du Capital au XXIe siècle

L’Institut français d’Égypte a reçu le 2 juin l’économiste Thomas Piketty à l’occasion de la parution de l’édition arabe du Capital au XXIe siècle, aux éditions Dar Altanweer (Le Caire).

Situation économique de l’Égypte

Thomas Piketty était accompagné de son épouse, Julia Cagé, assistant-professeur d’économie à Sciences Po, et de Martine Heissat, responsable des droits étrangers aux éditions du Seuil.

La visite de Thomas Piketty a commencé avec un petit-déjeuner "Situation économique de l’Égypte", organisé à la résidence de France, en lien avec le service économique, auquel ont participé des représentants des secteurs privés égyptien et français et d’institutions publiques égyptiennes.

Les deux conférences publiques organisées par l’Institut français d’Égypte, avec ses partenaires de l’Université du Caire et de l’Université américaine du Caire, autour de la thématique : "Le capital au XXIe siècle : une perspective moyen-orientale", ont accueilli un public de plus de 1000 personnes.

Inégalités de revenus et de richesse en Égypte et au Moyen-Orient

Thomas Piketty a exposé lors de ces conférences les thèses centrales de son best-seller, en développant sa réflexion sur la question des inégalités économiques à partir d’une perspective moyen-orientale. Il a ainsi largement été question, notamment au cours des débats avec le public, des inégalités de revenus et de richesse en Égypte et au Moyen-Orient.

Thomas Piketty a également insisté sur les inégalités économiques considérables à l’intérieur de la région "monde arabe", prenant pour exemple l’investissement public dans le secteur de l’éducation, de 100 fois inférieur en Égypte, avec ses 90 millions d’habitants, aux seules recettes du pétrole au Qatar ou dans les Émirats voisins, avec des chiffres de populations infimes en comparaison de l’Égypte.

Une autre thématique centrale des conférences de Thomas Piketty était liée aux difficultés du travail de recueil de données pour la région "monde arabe", là où il continue à consacrer l’essentiel de ses travaux à une cartographie des inégalités économiques à l’échelle mondiale.

La traduction du Capital au XXIe siècle en arabe, un succès

La conférence à l’Université américaine du Caire a été suivie d’un débat avec l’économiste égyptien Ziad Bahaa Eldin, ancien vice-premier ministre et ministre de la coopération internationale de juillet 2013 à janvier 2014.

Le même jour, un public averti et engagé d’une trentaine de personnes, chercheurs et journalistes indépendants, a assisté à la présentation par Julia Cagé de son ouvrage Sauver les médias : capitalisme, financement participatif et démocratie, organisée en lien avec le média indépendant Mada Masr, et dans ses locaux.

Le lancement de l’édition arabe du Capital au XXIe siècle, projet de publication qui avait bénéficié d’une contribution financière de l’Institut français d’Égypte dans le cadre du "Programme d’aide à la publication Taha Hussein", a été couronné de succès, avec plus de 120 exemplaires vendus en un jour, sur un premier tirage de 1500 exemplaires.

Liens utiles



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017