Dialogue artistique avec les cultures traditionnelles du Mexique

Mexique

La jeune créatrice textile franco-mexicaine, Fabienne Guilbert Burgoa, a sillonné le pays de février à mai, avant de présenter au public de la ville de Mexico une restitution finale sous la forme d’une performance. Sa résidence itinérante l’a menée à San Cristóbal de las Casas, Querétaro, Oaxaca, Xalapa, Toluca, Torreón, Saltillo, San Luis Potosí, Mérida et México. A chaque fois, son itinéraire au Mexique s’est déroulé au contact étroit des communautés et des acteurs culturels locaux.

Fraîchement diplômée de l’Ecole Nationale supérieure d’Arts de Paris-Cergy, Fabienne Guilbert Burgoa est la lauréate du premier appel à résidence de création textile du réseau des Alliances du Mexique, en partenariat avec l’Ambassade de France à Mexico. Ce programme met en valeur de jeunes talents dans une branche artistique se prêtant particulièrement au dialogue France Mexique que promeut l’Alliance Française. Un dialogue que Fabienne Guilbert Burgoa incarne, en premier lieu, avec sa double nationalité. Elle n’a eu de cesse, en outre, de façon remarquable, d’inscrire ses ateliers et performances dans les réalités locales des villes et régions où elle a séjourné.

Illust: Xalapa Apolatl (...), 95.6 ko, 1000x500
Xalapa Apolatl 2018
©Fabienne Guilbert Burgoa

Son projet, intitulé Apolatl, initialement conçu pour le Mexique et adaptable à d’autres pays, réunit création textile et mise en scène. Il consiste en la création de pièces textiles contemporaines agissant dans l’espace au moyen d’actions performatives. « Apolatl » est un mot náhuatl qui signifie « l’eau qui stagne entre les rochers quand la marée se retire ».

En étroite collaboration avec les Alliances qui l’accueillaient, Fabienne Guilbert Burgoa a travaillé aux côtés d’artisans, musiciens, danseurs et musées locaux en inscrivant ses créations textiles dans la geste traditionnelle et les coutumes du quotidien des communautés. C’est ainsi, qu’à Oaxaca, par exemple, les habits dessinés et la performance réalisée représentaient un mode de pêche très particulier, au cerf-volant. A Querétaro et à Xalapa, elle a partagé la narration de légendes traditionnelles. A Toluca, elle a mis en scène de vieilles chansons et lointaines anecdotes du patrimoine Matlazinca avec les femmes de la Communauté de San Francisco Oxtotilpan…

Le parcours de Fabienne Guilbert Burgoa en quelques chiffres
. 10 villes du Mexique
. 8 139 km d’itinérance
. 122 inscrits aux ateliers et 1 000 spectateurs pour les performances
. 6 conférences de presse et 35.000 personnes atteintes sur les réseaux sociaux

On a pu mesurer la qualité de sa résidence à la richesse de la performance finale présentée à Mexico mais, peut-être avant tout, aux liens qu’elle a tissés avec les populations et institutions qu’elle a rencontrées, avec lesquelles le contact se poursuit et de nouvelles perspectives de collaboration se dessinent déjà.

La résidence de création textile sera reconduite en 2019 dans l’optique d’un rendez-vous annuel. L’appel à projet sera diffusé en France dès le mois d’août. Le succès de sa première édition et la pertinence d’un dialogue franco-mexicain via la création textile le confirment naturellement.