L’Institut Technologique du Costa Rica devient la première université latinoaméricaine accréditée

Costa Rica | San José

Initiée en octobre 2016 suite à la signature en mai de la même année d’une convention de coopération entre le CSUCA et le HCERES pour le développement de processus d’évaluation et d’accréditation dans les établissements d’enseignement supérieur d’amérique centrale, le "TEC" du Costa Rica est devenu officiellement le 4 décembre 2017, la première université latinoaméricaine à obtenir une accréditation "pleine et sans réserve" du HCERES. Un sésame qui consacre la qualité de l’enseignement imparti dans cette institution.

« Fierté nationale », « une université dans les pas des universités françaises », les qualificatifs élogieux ne manquent pas pour féliciter l’Institut Technologique du Costa Rica pour l’obtention de l’accréditation institutionnelle française. Remise par Michel Cosnard, Président du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES), le 4 décembre 2017 à Cartago (Costa Rica), cette accréditation consacre l’excellence académique d’une université à la pointe de la formation et de la recherche dans la région.

Signe révélateur de cette consécration : le succès de la cérémonie officielle de remise à laquelle assistent une assemblée de plus de 400 personnes et la présence aux côtés de l’ambassadeur de France, de personnalités de premier rang : Sonia Marta Mora, Ministre de l’éducation publique, Francisco Alarcon, secrétaire général adjoint du Conseil supérieur des universités d’Amérique centrale (CSUCA), Arturo Jofré, Président du système d’évaluation costaricien (SINAES). Le Président de la République, Luis Guillermo Solis a pour l’occasion enregistré un message vidéo de félicitations, diffusé au cours de l’événement.

Ce succès est décisif pour la coopération universitaire française. Fruit de l’accord de coopération signé en mai 2016 entre le HCERES et le CSUCA, il permet de positionner la France sur un secteur prioritaire pour les universités d’Amérique centrale et permet de valoriser l’expertise française. Il va également permettre de créer une véritable dynamique régionale en Amérique centrale : les universités du Nicaragua sont déjà sur les rangs pour initier un processus d’accréditation avec le HCERES dès février 2018. D’autres établissements de la région suivront très bientôt, cela ne fait nul doute.