Le Chili mise sur le solaire photovoltaïque !

Chili | Antofagasta

-

Dans le cadre du projet Atamos-TEC, un institut de CEA Tech, contribue au développement d’une filière solaire photovoltaïque au Chili.

Prix élevé de l’électricité, baisse du prix des modules photovoltaïques (PV), taux d’irradiation solaire exceptionnels… Plus d’une raison ont poussé le gouvernement chilien à parier sur le photovoltaïque au travers de son « programme national stratégique solaire », bâti en 2016. Compte tenu des rendements actuels des modules PV, moins de 1% de la surface du désert d’Atacama suffirait à produire 100% de l’électricité nécessaire à la population chilienne.

L’initiative scientifique vise, au cours des 6 prochaines années, à générer une technologie solaire adaptée aux conditions exceptionnelles de radiation du désert d’Atacama.
Un consortium international, associant les acteurs français du CEA (Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives) est en charge de la mise en œuvre du projet dont l’objectif est de convertir le Chili en pôle mondial de recherche, d’innovation et de développement de l’énergie solaire.

Le CEA, en partenariat avec des institutions chiliennes et internationales, est présent dans le projet Atamos-TEC pour créer un institut de recherche à Antofagasta, dans le but de favoriser le développement d’une filière PV (modules et systèmes) répondant aux contraintes environnementales de la région. Des modules spécifiques doivent être conçus pour optimiser leurs performances dans le désert (bifacialité, protection contre les UV, le sable…), la conception du système doit être adaptée, des opérations de maintenance et des techniques de monitoring mises en place.

A terme, une unité de production de modules et systèmes locale sera déployée, et un pool d’industriels européens et chiliens constitué afin de générer un écosystème solaire local complet. Les connaissances et le savoir-faire « spécifiques désert » acquis dans cette expérience pourront être transposés à d’autres endroits du globe.